La mère, la fille et la simple d’esprit

« Parce qu’elles sont toutes en une, portent les stigmates de leurs lignées chevillés au corps, femmes hors-normes : questionnement existentiel, transmission et liberté seront au centre de cette création. »

Création « SPRING » 2019

Diffusion :

Emile Sabord Production
/ Sylvie Sauvage

Présentation

Depuis mes cinquante ans, je suis intervenante en contorsion au Centre national des arts du cirque de Chalon en champagne, j’expérimente le rapport maître-élève.
Le désir d’élaborer un projet en écho avec cette expérience de transmission me prend dès la fin de la première année d’accompagnement auprès de Anahi de La Cuevas, élève en contorsion de la 28ème promotion du CNAC. C’est le choix de suivre de jeunes artistes à leur sortie d’école, de les accompagner dans le processus d’une œuvre de création.

Anahi a une forte personnalité. Spontanée, elle propose, prend des initiatives. Est dans une réflexion, une écriture, et a des choses à dire. Les premiers mois de séances elle se fait violence, s’élance dans des enchaînements rapides avec brutalité, elle est défiante. Ses doigts sont si crispés que c’en est fascinant ! Je lui répète alors : « C’est quelque chose tes mains, vraiment ! ». Je lui suggère d’improviser des temps de pause sur son agrès, des respirations. Nous faisons connaissance…Petit à petit sa gestuelle se délie. Elle dégage une certaine aisance et laisse apparaître d’autres facettes d’elle-même. Ses postures sont plus nuancées. A chaque séance elle fait de nouvelles propositions qui viennent enrichir sa recherche, que ce soit au niveau du costume, de l’écriture, du sens, ou de ses états.

Au fur et à mesure des séances d’entraînement, je rencontre sa personne, son univers, j’interroge ses désirs.

Lorsque je demande à Anahi, de quelle ambiance sonore elle aimerait accompagner son numéro aérien de contorsion au cerceau, elle me répond : « j’entends de la contrebasse ». Quelques mois plus tard j’organise un rendez-vous avec Gen Shimaoka, contrebassiste, comédien que j’avais choisi comme musicien et acteur dans ma première pièce ; « Mon grand frère » en 1997 et qui est devenu mon compagnon et collaborateur pendant les huit années suivantes. Je trouve que leurs natures s’accordent bien artistiquement. Ils sont à l’aise avec l’improvisation et dégagent une complicité dans le jeu.

Très vite Anahi me parle de Dolores Calvi, élève du Lido – Centre des arts du cirque de Toulouse (promotion 2016), qu’elle retrouve pour des moments d’entraînement et de recherches artistiques.

Elle me présente des photos et vidéos d’elle évoluant dans un univers singulier avec beaucoup de grâce et de tempérament. Des coïncidences se croisent dans nos univers réciproques…
J’aime observer les élèves à l’entraînement, j’ai la chance parfois d’assister à leur présentation de travail et c’est au cours de ces occasions que j’ai pu découvrir l’univers de Nicolas Fraiseau. Il est de la même promotion qu’Anahi. Sa discipline de prédilection est le mât chinois. A chaque présentation il propose de nouvelles pistes d’exploration, prend des risques, joue avec le feu dans tous les sens du terme. Ce qui me ravit chez lui c’est qu’il surprend à chaque fois. Lors d’un séjour en Ardèche, Gen à la contrebasse et Nicolas à l’alto, nous ont fait entendre des airs improvisés, à reprendre pour la trame de notre pièce.

Ce qui caractérise mon choix de faire équipe avec ces personnalités, c’est la singularité de leurs propositions.

En mai 2016, nous nous retrouvons tous les cinq en Normandie pour une première résidence de travail.

« La mère, la fille et la simple d’esprit » m’est venu comme une évidence pour définir ce qui rattache ces quatre interprètes et leurs disciplines au plateau. C’est le quotidien d’une famille atypique et leurs rapports. Beau mélange d’origines : japonaises, argentines, italiennes et françaises. Avec ses règles, ses rituels, ses ambiguïtés…

Ce qui me conforte dans le choix de faire équipe avec ces personnalités, c’est qu’ils se sont déjà trouvés, et qu’ils partagent des écritures.

Avec

dolores_calvi

Dolores Calvi
→ Mât chinois, danse

Dolores commence le cirque dans le milieu underground sud américain, se forme ensuite à l’Ecole du Centre régional des arts du cirque de Lomme puis rejoint le Lido, Centre des arts du cirque de Toulouse (promotion 2016). Elle y trouve sa libération scénique.

anahi_de_las_cuevas

Anahi De Las Cuevas
→ Contorsion, cerceau aérien

Née à Buenos Aires en 1988, Anahi se décide très tôt à devenir artiste aérienne.
Après des expériences dans le cirque traditionnel et le théâtre, elle intègre le CNAC de Châlons-en-Champagne avec comme seul compagnon son cerceau.

nicolas_fraiseau

Nicolas Fraiseau
→ Mât chinois, acrobatie, danse

Nicolas se confronte pour la première fois au mât chinois à l’Ecole de cirque de Châtellerault en duo pendant deux années. Il décide ensuite de poursuivre seul. Il continue sa formation à l’Ecole nationale des arts du cirque de Rosny-sous-Bois et au CNAC Châlons-en-Champagne.

gen_shimaoka

Gen Shimaoka
→ Composition, contrebasse, shamisen et flûtes, jeu, chant

Gen est musicien/comédien d’origine japonaise et réside en France depuis 1990.
Issu de la Juilliard School de New York, il obtient également un Master of Music de la Southern Methodist University. Il a étudié avec François Rabbath (contrebasse), Peter Elkus (chant lyrique), Masaki Iwana (danse Buto) et Kisumi Kineya (Shamisen).

Mise en scène : Angela Laurier

Contorsion, cerceau aérien, portée acrobatique  : Anahi De Las Cuevas

Mât chinois, danse, confection d’accessoires et de costumes  : Dolores Calvi

Mât chinois, acrobatie, danse  : Nicolas Fraiseau

Composition, contrebasse, shamisen et flûtes, jeu, chant  : Gen Shimaoka

Son, lumière  : Manuel Pasdelou

Technique d’accroche d’agrès  : Julien Lefeuvre

Production  : Valérie Lefebvre

Lieux et dates

2017
20-26/07résidence @ Les Ulmes (49)
14-20/08résidence @ Les Ulmes (49)
Novembrerésidence @ La Brèche, Cherbourg (50)
2019
PRINTEMPScréation @ Festival Spring